Financement de votre projet


Investir à Toulouse

Prêt Amortissable

La majorité des prêts octroyés par les banques sont amortissables.
Par opposition au cas du prêt in fine, le remboursement du capital est étalé dans le temps. Pendant la durée du prêt, vous remboursez à la fois le capital et les intérêts. Le prêt amortissable se décline en deux possibilités : à taux fixe ou à taux révisable

Prêt In Fine

Le prêt in fine (du latin, qui signifie « à la fin ») a été élaboré pour optimiser les déductions fiscales des personnes souhaitant principalement réaliser des investissements locatifs, mais aussi, dans une moindre mesure, acquérir une résidence secondaire.

Le principe du prêt in fine est simple, pendant la durée du crédit, vous ne remboursez que les intérêts. Ainsi le capital emprunté reste intact jusqu’au terme du crédit et, à l’échéance, vous le remboursez en une seule fois. Augmenter le montant total des intérêts présente un avantage fiscal destiné aux personnes fortement imposées (en général, taux marginal d’imposition supérieur à 40 %) et qui perçoivent déjà des revenus fonciers.

PTZ +

Comme son "grand frère" le prêt à taux zéro, le PTZ plus, ou prêt à taux zéro renforcé (encore appelé "prêt ne portant pas intérêt" dans les textes de loi), est destiné à faciliter l’acquisition ou la construction de la résidence principale(*) de l’emprunteur, uniquement dans le neuf.

Ce prêt à taux zéro aidé par l’État peut être accordé dans toute la France (métropole et DOM). Sa mise en place s’est faite dans le cadre de la réforme gouvernementale des aides à l’accession à la propriété – dans les faits, le PTZ+ a remplacé à la fois le PTZ classique, tel qu’il existait jusqu’à fin 2010, mais aussi le Pass-foncier et le crédit d’impôt sur les intérêts d'emprunt immobilier.

Ce prêt à taux zéro plus, entré en vigueur le 1er janvier 2011 et ce jusqu’au 31 décembre 2014, comporte cinq caractéristiques principales :

  • • il est réservé aux primo-accédants (c’est-à-dire qu’il ne faut pas avoir été propriétaire de sa résidence principale au cours des deux dernières années précédant l’émission de l’offre de prêt) ;
  • • depuis le 1er janvier 2012, les revenus de l’acquéreur ne doivent pas dépasser un certain plafond de ressources,
  • • également à compter du 1er janvier 2012, il ne peut être accordé que pour construire ou acheter un logement neuf – une exception est toutefois prévue pour l’acquisition, par ses occupants, d’un logement social existant : dans ce seul cas, il est possible de bénéficier d’un PTZ+ pour acquérir un logement ancien,
  • • il ne peut être accordé seul et est cumulable avec d’autres prêts, comme un prêt épargne logement, un prêt conventionné, un prêt d’accession sociale, un prêt Action logement (ancien 1 % Logement) ou un prêt bancaire classique, il ne peut être accordé qu’un seul PTZ plus par ménage et par opération.

Le montant du prêt à taux zéro plus est modulé en fonction de six critères :

  • • le coût total de l’opération toutes taxes comprises,
  • • le nombre de personnes destinées à occuper à titre de résidence principale le logement,
  • • l’ensemble des ressources des occupants,
  • • la localisation dans une zone géographique : A, B1, B2 et C,
  • • les performances énergétiques globales du logement (en France métropolitaine uniquement),
  • • le caractère neuf ou ancien du logement.

Le logement ainsi financé sera soumis à l’obligation de rester la résidence principale des bénéficiaires pendant la durée du prêt, sauf exceptions.

(*) Dans le cadre du PTZ+, est considérée comme résidence principale un logement occupé au moins huit mois par an, sauf :

  • • en cas de force majeure,
  • • pour raison de santé,
  • • en cas d’obligation liée à l’activité professionnelle, caractérisée par des déplacements réguliers ; par la nécessité absolue de service contraignant l’emprunteur à résider dans un logement qui n’est pas le logement financé avec le prêt à taux zéro plus ; par l’éloignement entre le logement financé et le lieu de l’activité, dans la limite d’une durée de trois ans,
  • • en cas de mise en location du logement sous, là aussi, des conditions bien précises.

Qui peut bénéficier du prêt à taux zéro plus ?

Toute personne physique qui acquiert sa résidence principale et qui est primo-accédante, c’est-à-dire qui n’était pas propriétaire de sa résidence principale au cours des deux dernières années qui précèdent l’émission de l’offre de prêt.

Les revenus de l’acquéreur ne doivent pas dépasser un plafond de ressources, variable en fonction du nombre de personnes destinées à occuper le logement et de sa localisation :

Nombre d'occupants Zone A Zone B1 Zone B2 Zone C
1 36 000 € 26 000 € 20 000 € 18 500 €
2 50 400 € 36 400 € 28 000 € 25 900 €
3 61 200 € 44 200 € 34 000 € 31 450 €
4 72 000 € 52 000 € 40 000 € 37 000 €
5 82 800 € 59 800 € 46 000 € 42 550 €
6 93 600 € 67 600 € 52 000 € 48 100 €
7 104 400 € 75 400 € 58 000 € 53 650 €
8 et + 115 200 € 83 200 € 64 000 € 59 200 €

Le montant des revenus pris en compte est celui qui correspond au montant le plus élevé suivant :

  • • la somme des revenus fiscaux de référence du ou des emprunteurs auxquels s’ajoutent, le cas échéant, ceux de l’ensemble des personnes destinées à occuper le logement à titre de résidence principale, au titre de l’avant-dernière année précédant l’offre de prêt (année N-2) ;
  • • le coût total de l’opération divisé par 10.

Auprès de quels établissements de crédit faire votre demande de PTZ plus ?

Auprès de tous les établissements de crédit qui ont passé à cet effet une convention avec l’État. À notre connaissance, chez meilleurtaux.com, toutes les banques françaises accordent le prêt à taux zéro plus.

L’accédant fait sa demande directement à l’établissement de son choix.

L’établissement prêteur fait une seule offre de prêt à taux zéro plus.

A noter : Sachez toutefois que rien n’oblige une banque à accepter une demande de PTZ+.

Source : www.meilleurtaux.com