Simulation


Retour

Covid : faut-il investir dans l’immobilier neuf en 2021 ?

Covid : faut-il investir dans l’immobilier neuf en 2021 ?
Partager

Covid : faut-il investir dans l’immobilier neuf en 2021 ?

Si la crise du Covid -19 a profondément secoué le secteur de l’immobilier pendant le premier trimestre de l’année 2020, les activités semblent s’être stabilisées depuis le mois de juin. Ce rebond est dû en grande partie à la forte demande des maisons situées en bordure de villes depuis la fin du confinement. Au mois de décembre, le bilan n’est peut-être pas aussi reluisant que d’ordinaire, mais les experts affirment que le scénario catastrophe a heureusement pu être évité. On se demande à présent comment se portera le marché de l’immobilier en 2021.

Pourra-t-on investir dans l’immobilier neuf en 2021 ?

La demande de maisons situées en périphérie ne constitue pas la seule raison du rebond de l’immobilier après un premier trimestre morose en 2020. Les aides de l’État (l’activité partielle, le plan de sauvegarde de l’emploi ou le report des charges) ont grandement contribué au maintien des activités et évité l’effondrement du secteur immobilier. En 2021, certains de ces mécanismes pourraient se voir résiliés ou assortis de conditions rigides, ce qui pourrait conduire à un resserrement des démarches liées à l’investissement dans le neuf.

Par ailleurs, il faut rappeler que l’accès au crédit constitue l’un des principaux facteurs pour réaliser un projet immobilier. Les observations du secteur démontrent un net recul des taux d’intérêt, mais une grande augmentation des refus de financement. Les taux de refus ont en effet grimpé jusqu’à 17 %, sans doute parce que les banques craignent des risques d’insolvabilité. En outre, le haut conseil à la stabilité financière (HCSF) a recommandé l’application stricte des critères d’octroi de crédit : interdiction de prêter au-delà de 25 ans, respect de la barre des 33 % d’endettement, limitation de l’endettement en dessous de sept ans de revenus. De plus en plus de banques demandent aussi aux emprunteurs de constituer un apport initial pouvant aller jusqu’à 15 % du prix de leur bien. Les principales victimes de ces aménagements sont bien évidemment, les jeunes ménages, et jusque-là, rien ne laisse présager une amélioration pour 2021.

Contactez-nous

Nos Partenaires

Kaufman & Broad
Acantys
Saint-Agne Immobilier
Urbat
Stradim
Green City
LP Promotion
ACP
Carrere
Crédit Agricole
Icade
Vinci
EDIFICO
Groupe Société Générale
Belin L'immobilier